Relations Ukraine-Russie

octobre 6 | Posted by D. Forget | CEI

L’engouement territorial et la protection des droits de l’homme se conjuguant harmonieusement dans l’exĂ©cution d’une politique expansionniste, il reviendra au gouvernement ukrainien de n’intenter en CrimĂ©e aucune action ni procĂ©dure susceptible de prĂ©sager de la mise en application prĂ©sente ou future d’une politique inĂ©quitable, sĂ©grĂ©gationiste, ou de façon plus gĂ©nĂ©rale, de toute rĂ©solution dont l’objectif ou les consĂ©quences dĂ©coulant de son emploi seraient de nature Ă  circonscrire ou modĂ©rer les libertĂ©s tant Ă©conomiques, que sociales, culturelles ou religieuses de la population russophone y rĂ©sidant, sous consĂ©quence de lĂ©gitimer une potentielle ingĂ©rence militaire de Moscou au prĂ©texte d’une intervention humanitaire, et par lĂ  mĂŞme, l’occupation du territoire concernĂ©.
La population russe reprĂ©sentant en effet en 2001 60,4%[1] de la population crimĂ©enne, dont l’appartenance nationale est assurĂ©e par la dĂ©livrance de passeports fournis par Moscou qui les reconnaĂ®t comme citoyens de sa nation, il serait fort peu judicieux de fournir un prĂ©texte aux autoritĂ©s russes pour leur permettre d’élargir physiquement une zone d’influence qu’ils jugent dĂ©jĂ  Ă©tablie.
Les relations bilatĂ©rales entre Kiev et Moscou dĂ©jĂ  rendues dĂ©licates par le contentieux gazier de 2005 et par le soutien ukrainien Ă  Tbilissi relatif aux rĂ©gions sĂ©paratistes gĂ©orgiennes, comme en tĂ©moigne encore les rĂ©cents propos du prĂ©sident ukrainien Victor Yushchenko tenus le 23 septembre dernier lors de la 64ème Session de l’AssemblĂ©e GĂ©nĂ©rale des Nations Unies :
«And most importantly, we strongly condemn and we shall not accept any violations of the fundamental international principles, in particular territorial integrity and inviolability of frontiers of all sovereign states.
[...]
It is an axiom for us that all the UN Member States and especially the permanent members of the security council must be exemplary in abiding by the principles of international law, equality of nations and neighborliness.»[2]
ne sauraient donc souffrir sans broncher d’une pareille violation et par là même pour Moscou d’une telle aubaine diplomatique.

Les récents sondages relatifs aux prochaines élections ukrainiennes (17 janvier 2010) laissant pourtant entrevoir une nette avance du candidat pro-russe Viktor Yanukovych du Parti des Régions et de Yulia Tymoshenko du Bloc du même nom dont l’ambivalence politique fut saluée lors des élections de 2004 par un vote conséquent à son égard dans les oblasti russophones ne permettent toutefois pas de penser que les rapports diplomatiques entre Kiev et Moscou pourraient à court ou moyen terme basculer dans un affrontement autre que verbal et ne pas tendre vers la normalisation de leurs relations économiques.

[1] R.H Rowland « National and regional population trends in Ukrainia » 2004
[2] V. Yushchenko «UN Statement – General Debate of the 64th Session » 2009

D. Forget
06/10/2009

Leave a Reply